Indiscrétion féminine

Quand une petite copine a des doutes, elle n’a aucune limite…

Dis, c’est quoi ces manières ? Ta maman t’a jamais appris à ne pas fouiller dans l’historique Internet de ton mec ?

Heu, non, quand j’étais petite Internet n’avait pas l’essor d’aujourd’hui et on ne l’avait pas à la maison.

Te plains pas, moi c’est pire : Internet n’existait pas encore. Tu le soupçonnes d’avoir visité des pornos ?

Je le soupçonne de bien pire.

Quoi… des sites Djihadistes ? Pédophiles ? Nazis, cannibales ?

Peut-être pas non plus.

De quoi tu le soupçonnes alors.

Faut que je t’explique. Au boulot à la pause midi, avec Tom on a pris l’habitude de se faire un petit quart d’heure baise. Assez rapide, presque sans préliminaires.

Pourtant vous auriez le temps, non ?

Je suis bien trop excitée pour attendre. D’ailleurs j’enlève mes fringues toute seule, et en deux mouvements. Je fais exprès de venir avec des habits qui s’enlèvent vite et facilement.

Salope.

C’est plus compliqué… ou plus simple que tu le crois.

Je n’ai pas une folle envie de faire tout le kamasoutra, je veux surtout évacuer les tensions.

Du sexe aussi court, il aime ?

Il aime, tout en étant plus obsédé que moi, ce qui n’est pas peu dire. Lui adorerait qu’il y ait plus de préparation, des actes plus variés…

« Des actes plus variés », ha ha ha ! Il pourrait être moins hypocrite : il veut se faire sucer en plus de la baise, c’est tout.

J’imagine. C’est vrai que je le lui fais rarement, enfin rarement le midi. Peu importe : quand on ressort on est détendus, tu imagines pas ! Je suis prête à attaquer l’après-midi, super attentive et concentrée sur les tâches qui m’attendent.

Idem pour lui ?

Oui, et depuis qu’on le fait on est l’un et l’autre bien plus efficaces après le déjeuner et jusqu’à la sortie. Alors que les collègues sont encore vaseux, l’estomac lourd !

Tom rêverait que ton estomac à toi soit au moins un tout petit peu plus lourd.

Beurk ! Ah non alors, pipe ou pas j’avale jamais.

Vous mangez, quand même ?

Petit repas rapide et léger. Pas tellement besoin… On en est presque à vivre d’amour et d’eau fraîche. Quand je fais l’amour je n’ai pas beaucoup d’appétit, comme si je me nourrissais de plaisir.

Côté resto tu ne dois pas coûter trop chers aux amants qui t’invitent.

Jamais. Si on couche après, je mange léger avant pour être sexuellement au top. Si on couche avant, je n’ai plus tellement faim ensuite.

Et quelle technique de régime ! Vous vous voyez au bureau désaffecté, au premier ?

——————————–

Pour lire la suite de cet épisode et en découvrir bien d’autres, lisez dès à présent « Dialogues Interdits » sur votre plateforme préférée : Amazon / Google Play / Kobobooks


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire