Reproduction humaine, questions existentielles

Quand on n’a pas eu d’éducation sexuelle, il faut se la faire soi-même…

Clarisse et moi continuons nos réflexions et interrogations autour du sexe. On peut le dire, ça nous travaille ! Malgré l’apport inespéré de la bibliothèque, il y a tant de choses qu’on ne comprend pas ! La gentille bibliothécaire a accueilli cette remarque frustrée avec le sourire.

« C’est parfaitement normal mes petites, vous n’avez pas à vous en faire. Vous connaissez l’essentiel, vous n’avez pas besoin de tout savoir. Le reste, vous l’apprendrez plus tard, par vous-mêmes, en grandissant ».

Évidemment elle avait raison. C’est aujourd’hui ce que je dirais moi-même à une enfant. N’empêche, la gentille dame avait beau l’être, ça nous faisait une belle jambe. Clarisse avait entendu dire qu’on en apprenait pas mal dans les documentaires animaliers. En cette époque où presque tout le monde ne captait que cinq chaînes et demi, lesdits documentaires n’étaient pas légion. Après quelques semaines à éplucher les programmes télé, coup de chance : ce soir, c’est « Vie et mœurs des rhinocéros ». Que veux-tu, on fait avec ce qu’on a… De toute façon, sexe ou non on a toujours bien aimé les documentaires animaliers, Clarisse et moi.

La diffusion est intéressante, et ô miracle le réalisateur ne fait pas l’impasse sur la reproduction. Ça nous donne une vision sauvage de la sexualité, logique pour des animaux sauvages. On est quand même un peu inquiètes de la façon dont ça se passe. Techniquement, on comprend enfin le concept du mâle qui s’agite, bouge son bassin d’avant en arrière pour aller et venir.

Pour nous c’est un grand pas. Pour se rassurer, on se dit que les humains font les choses plus doucement, sans brutalité, et yeux dans les yeux plutôt que l’un derrière l’autre. Nos suppositions sont assez pertinentes… même si plus tard je me rendrai aussi compte que certains garçons baisent réellement comme des rhinos.

Clarisse et moi, quand on le peut, on poursuit notre leçon de choses dans la forêt, à la recherche d’animaux s’accouplant. Certains insectes en donnent l’impression, alors qu’ils se battent ou se bouffent. On voit passer quelques lapins mais jamais en train de faire du sexe, normal, il paraît qu’ils le font si vite que presque personne ne peut jamais les voir. Enfin, on assiste à l’union de deux escargots. Là, c’est fascinant. Les êtres s’approchent au ralenti, l’un face à l’autre… ils se titillent les cornes, se les enroulent, puis avancent lentement en redressant leurs drôles de cous, jusqu’à ce que toute leur peau de devant se touche à la verticale. On préfère ça aux animaux de la jungle.


Pour découvrir dès à présent les cinq parties des aventures troublantes de Chloé…

En attendant d’être grande – Intégrale – sur Amazon / Google Play / Kobo Books


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire