Du sexe dans une cellule… d’hôpital

Elle est consentante, et pourtant se donne à la pire des crapules. Mais elle a un secret…

— Alors… ça vous plaît ?

— Pas encore assez. Pour que tu puisses me contenter je vais devoir mettre toute la gomme.

Et il plongea les mains entre ses cuisses, enfonçant un doigt au hasard, puis un autre, de la main droite ou de la gauche, ou des deux à la fois. Parfois plusieurs doigts, jusqu’à trois, explorant sa cavité sèche mais large, profonde et chaude. À chaque nouvelle attaque en piqué le corps féminin se cambrait de protestation et les jambes se raidissaient. Un vrai régal. Sans se déshabiller lui-même, il posa son bassin entre ses cuisses et donna des à-coups, le vêtement de bagnard frottant la fente sans ménagement. Rien qu’un indice douloureux sur la suite des évènements. La jeune fille, quant à elle, soufflait, transpirait, s’agitait en gérant l’épreuve tant bien que mal.

Malgré tous ces simulacres d’exécution, Downest n’était qu’à moitié excité.

D’ailleurs, son pénis était loin d’être érigé à son maximum. Après tout, on avait le temps… toute la sainte nuit devant soi. Il sortit tout de même l’instrument en question. Il ne lui était pas nécessaire, à lui, de dévoiler quoi que ce soit d’autre. D’ailleurs, il avait bien l’intention d’utiliser son sexe comme un missile. Et c’est ce qu’il fit. Remontant à ses seins, il le frotta contre les tétons afin de bander plus dur. C’était sa petite technique, en cas de semi panne, qui fonctionnait toujours. Et comme toujours elle fonctionna. À quelques centimètres des yeux de l’infirmière, la métamorphose se produisit : elle vit l’imposant membre se dresser, membre qui allait la transpercer de tous côtés tel un poignard.

Épais, long, violacé, on pouvait y compter des boutons et des rougeurs. Ruisselant de sueur, il avait été compressé sous un slip revêtu d’un pantalon et entravé de cordages des heures durant, et affichait une allure plus rance que fraîche. Quelques poils s’y égaraient ça et là, et s’assortissaient de deux testicules pendouillant, telles deux grosses gouttes de morve qui n’en finissaient pas de dégouliner. Oui : le sexe de Downest était repoussant, répugnant, il le savait et avait pour ainsi dire tout fait pour l’entretenir en ce sens. La petite infirmière, malgré tout son self control, ne put s’empêcher d’afficher un air de dégoût et de détourner la tête. Là, elle le comblait. Enfin il commençait à prendre réellement l’ascendant sur elle.

Profitant de cette situation nouvelle, Downest plaça son bassin à hauteur de visage et s’y enfonça. Habitué aux situations les plus diverses, ce dernier n’eut aucun mal à passer en force entre les lèvres, tel un brise-glace sur la banquise. L’orifice était étroit et le sexe long, mais l’homme tenait à s’y engloutir totalement. Aussi poussa-t-il de toutes ses forces, d’à-coups en à-coups, afin d’explorer les tréfonds de la cavité buccale, faisant ensuite son entrée dans la gorge.


Pour tout savoir de ce combat sexuel entre le bien et le mal…

Ange contre démon sur Amazon / Google Play / Kobobooks

Ange contre démon


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire