« Sage comme un orage » : eBook gratuit !

Ma saga littéraire « En attendant d’être grande » rééditée !

Les 5 parties se sont transformées en 3 : soit bien davantage de pages pour chaque partie. Les titres ont changé, désormais voici la nouvelle dénomination :

« Partie 1 – Sage comme un orage »

« Partie 2 – L’âge de déraison »

« Partie 3 – Fruit interdit au jardin d’Eden »

La partie 1 est disponible gratuitement, et contient 85 pages supplémentaires à lire par rapport à la version précédente. À télécharger et à partager ! Pour acquérir « Sage comme un orage, cliquez ci-dessous ».

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/sage-comme-un-orage-en-attendant-d-etre-grande-partie-1

https://play.google.com/store/books/details/Th%C3%A9o_Kosma_Sage_comme_un_orage_En_attendant_d_%C3%AAtre?id=-nWZAgAAQBAJ

Quant aux couvertures des deux autres parties, les voici :

 

Lectures érotiques : c’est demain !

Demain 1er décembre, les 4 jours fous démarrent ! Tous mes eBooks érotiques à 0,99 €.

Mon conseil ? N’attendez pas le 4 décembre. Reportez à plus tard et vous risquez d’oublier. Allez-y dès vendredi.

Toute diffusion de ces jours promo serait grandement appréciée… à vos contacts, réseaux sociaux, mailing-list, blogs… Ce serait formidable.

Opération lectures érotiques : J – 2 !

ça approche, ça approche ! Du 1er au 4 décembre, la totalité de mes eBooks sont à 0,99 €.

Aux blogueurs qui ont/vont chroniquer un de mes ouvrages : placez votre chronique (ou un extrait) sur la page de l’achat ! Vous ferez connaître votre média, m’aiderez, et pour vous remercier je vous rembourse l’eBook avec un chèque-cadeau Amazon. En attendant, je vous serais très reconnaissant d’annoncer les jours promos sur vos réseaux (blog, mailing-list, Facebook…).

Pour tous les autres lecteurs, je rappelle les 2 avantages exceptionnels :

Avantage N°1

Parmi tous les lecteurs laissant une note + un commentaire sur la page de leur achat, une personne sera tirée au hasard et recevra mes 5 prochaines sorties à venir. Son prénom figurera également (si elle le souhaite) dans une histoire à venir.

Avantage N°2

TOUS les lecteurs ayant laissé une note + un commentaire sur la page de leur achat recevront gratuitement ma prochaine sortie littéraire dans leur boîte eMail.

Qu’on se le dise !

Crowfunding érotique jusqu’au 17 septembre

Ma collègue Françoise Colliot, que je vous avais déjà invité à connaître sur Plume Interdite au cours de plusieurs entretiens, a lancé un appel à participations pour l’écriture de son roman.

https://fr.ulule.com/souvenirs-tatie-monique/

BRAVO à elle car l’affaire semble bien lancée, près de 100 % de la somme collectée à l’heure où j’écris ces lignes. Mais comme vous devez le savoir, une somme peut même être dépassée. Si vous appréciez comme moi l’univers de cet auteur, cliquez sur la page et faites le don de votre choix, vous ferez ainsi partie de son lectorat privilégié et serez co-responsable de sa prochaine sortie littéraire !

Rentrée littéraire : retour des activités, sortie imminente…

Bonjour à tous et à toutes,

Ouf ! Fiouuuu… quel été compliqué. Riche et stressant à la fois, tant et si bien que je n’ai pas toujours eu le temps d’avancer sur mes écrits.

Qu’importe, car la seconde saison de « Dialogues Interdits » est prête, et sa sortie est imminente. La suite de « En attendant d’être grande » avance également, ainsi que d’autres surprises littéraires dont je ne parle pas pour l’instant car elles ne sont pas encore suffisamment mures à mon goût. Une cependant, si : la lecture complète en audio de « Sex Boxing » (un grand merci à B.), lue par une voix féminine douce et sensuelle. A découvrir sous peu sur Youtube !

En attendant, je compte sur vous pour relayer ce blog, ses articles, ses extraits d’histoires… c’est très important pour la suite de notre aventure commune.

A très vite !

Théo

Sortie de Dialogues Interdits

Cela faisait un bon moment que je le promettais, le voici enfin : « Dialogues Interdits », la première saison dès à présent en eBooks !

Sur  Google Play / Kobobooks

Ainsi qu’en eBook ET en livre broché sur Amazon, tout comme mes autres ouvrages.

Mots crus, mots cruels, mots doux, mots chocs, mots tendres… Au moment des confidences intimes, on se dit tout sans le moindre tabou. Quitte à faire rire, heurter, interpeller ou faire réfléchir. Quitte à être salace et provoquant, voire même hors norme et borderline.

De petites histoires complètes entre deux copines, deux copains, un couple… Des récits sulfureux et singuliers où fiction réalité se dépassent l’un l’autre. Pour la première fois en littérature érotique, un roman uniquement constitué de dialogues. Aucune narration, uniquement des paroles.

Entrez dans un monde qui donnera des allures bien sages à vos discussions les plus osées. Découvrez des fantasmes et aventures inavouables qui vous seront livrés avec une musique de mots ensorceleurs.

Le livre est découpé en 32 épisodes, et est agrémenté de 27 interludes. Si vous voulez tout savoir, cela fait même en tout 33.500 mots à dévorer 🙂 Ah, je ne me suis pas moqué de vous !

La saison 2 est déjà presque prête, et je pense d’emblée qu’il y aura au minimum 4 ou 5 livres de Dialogues Interdits. Mais… nous verrons cela un peu plus tard. En attendant, je compte sur vous pour vous fendre d’un petit achat ainsi que d’une note et d’un commentaire ?

Un extrait ci-dessous en guise d’avant-goût…

— Et c’est pile à ce moment-là qu’elle est entrée ta mère ?
— Presque. Une chance que ma chambre soit au premier et que les marches de notre escalier grincent. Du moins avec elle et sa centaine de kilos.
— N’empêche qu’elle a la pêche et qu’elle marche vite.
— Ah ça, on n’a eu que quelques secondes devant nous ! À peine !
— Et qu’est-ce qu’elle t’a dit.
— Elle m’a demandé si j’avais fait un cauchemar, je lui ai dit que oui. Elle s’est aussi demandée pourquoi je dormais toute nue, moi qui ne l’avais jamais fait, et aussi pourquoi la fenêtre était entrouverte et ma nuisette à terre.
— Aïe ! Ça se transformait en interrogatoire. Il a eu le temps de se barrer par la fenêtre ?
— Tu rigoles, il se serait tué. C’est surtout qu’une fois entré par la fenêtre, on était si pressés qu’on n’a pas pris le temps de la refermer. Puis les bruits de la route c’était pas mal pour couvrir les autres sons.
— Sauf que ça n’a pas suffi puisqu’elle t’a entendu gémir, et qu’elle est montée. Il était sous le lit ?
— Dans le placard.
— Dans les Vaudevilles l’amant est toujours soit sous le lit, soit dans le placard.
— Sous le lit, c’était trop évident. D’ailleurs…
— Ne me dit pas qu’elle a regardé.
— En fait, il est arrivé qu’un chat sauvage s’introduise dans la maison, quand on avait laissé ouvert. Ça lui a servi de prétexte.
— Pas si bête que ça la maman.
— Pas intelligente au point d’avoir vérifié ailleurs.
— Tu l’as dit : il lui fallait un prétexte. Elle n’allait pas prétendre qu’un chat avait ouvert la porte du placard pour s’y cacher. J’y pense, il n’y a qu’un seul placard dans ta chambre et il est hyper petit. Quant à Michael, il est super grand.
— Et de partout. Il a eu un mal fou à caler sa bite. Pour un peu, elle lui aurait échappé des mains et ça aurait ouvert la porte. Ne ris pas ! Ça a beau avoir l’air drôle, si c’était arrivé, alors là, grosse cata en perspective.
— Vous aviez pris des risques ?
— Heu… effectivement, en plus de ça on s’était pas protégés, et sa verge dégoulinait de ma mouille. Ça a fait des tâches dans le placard et dans les draps, j’aurais dû être plus prévoyante. De son départ au petit matin j’ai passé deux heures à nettoyer. Je pensais que ça ne partirait jamais !
— Ça n’en valait pas la peine ?
— Je me demande.
— Pour ma part, ça fait bien longtemps que j’ai habitué ma mère à garder parfois la fenêtre ouverte et à dormir toute nue, surtout les nuits où je reste seule… quitte à m’enrhumer. J’y ai pensé très longtemps à l’avance, dès ma préadolescence. Je me suis dis : « bon je n’ai pas encore l’âge de baiser, mais je baiserai un jour. Et ce jour-là, j’aimerais bien qu’un petit copain vienne me rejoindre certaines nuits. Alors il faut prévoir le coup ». À quatorze ans, mes parents étaient déjà plus du tout surpris que je dorme nue. Et dès mes quinze ans je les ai habitués à m’entendre crier, de temps en temps, en disant après que j’avais fait un cauchemar. Ça a complètement brouillé les pistes, il n’y a plus jamais moyen qu’ils sachent quand c’est du bluff et quand ça ne l’est pas. Quand j’ai débuté ma vie sexuelle à seize ans, tout était prêt. J’ai accueilli des tas de petits copains sans jamais me faire griller.

Pour en savoir beaucoup plus… Dialogues Interdits est sur Google Play / Kobobooks

En attendant d’être grande : l’intégrale !

L’intégrale de En attendant d’être grande est en ligne ! Les 5 tomes réunis en 1, pour un prix exceptionnel. Vous ne connaissez cette saga sulfureuse que par petits bouts ? Ou bien vous n’avez lu que le premier tome ? Voici les 5 parties rien que pour vous…

(Vous avez déjà tout lu ? Lire l’intégrale est une façon de soutenir mon travail, mais également d’avoir la totalité des chapitres sous les yeux).

Partie 1 – Vêtue de regards / Partie 2 – Éducation Libre / Partie 3 – Apprentissage pas sage / Partie 4 – Instants coupables / Partie 5 – Rêves de paille.

A lire dès à présent via les plateformesGoogle Play / Kobo Books


Recevez une histoire érotique gratuite

P.S. : Alors, comme se le demandait le blogueur Argoul : En attendant d’être grande, c’est fini ? Non, je ne crois pas. Ce n’est là que la fin du premier cycle… Affaire à suivre.

Cadeaux littéraires du nouvel an

Excellente année à tous et à toutes, lecteurs et lectrices ou simples visiteuses et visiteurs !
Qu’elle vous soit douce, chaude, sulfureuse et chaleureuse.

Beaucoup à venir en cette nouvelle année sur ce site. Quelques indices ? De nombreuses rencontres avec des auteurs, la sortie d’une nouvelle série érotique « Dialogues Interdits », des partenariats, sans doute le démarrage du seconde cycle de « En attendant d’être grande » (qui contera la préadolescence et l’adolescence de Chloé), d’autres surprises littéraires…. et bien entendu toujours davantage d’extraits gratuits à lire en ligne.

En guise de cadeaux du nouvel an…

. « Abri d’urgence », nouvelle sensuelle mettant en scène une fille de riches et deux sans-abri, disponibles en versions gratuites sur Google Play et Kobo Books.



. « Sexe Boxing », une nouvelle inédite drôle, surprenante et sans tabou, à télécharger gratuitement en m’indiquant votre eMail ci-dessous (texte agrémenté de photos particulièrement excitantes…).



. Et enfin la possibilité de recevoir les 5 parties de « En attendant d’être grande » en un seul volume avec la sortie de l’intégrale. Tarif unique revenant à peine à 1,50 € par partie ! Des centaines de pages d’aventures initiatiques et d’apprentissage à la sensualité…

Sur Google Play / Kobo Books



Au-delà de vos bonnes résolutions personnelles, si vous souhaitez prendre de bonnes résolutions littéraires, voilà ce que je vous propose :
– Achetez mes livres ! En version eBook ou papier (à venir très rapidement) sur la plateforme de votre choix.
– Mettez des notes et commentaires sur les pages des livres achetés (sur Amazon, Google Play…).
– Parlez de ce site autour de vous, partagez vos extraits préférez sur vos réseaux sociaux.
Tout ceci est capital pour la suite de l’aventure…

Amitiés coquines et meilleurs vœux !

Théo

P.S. : Pour les « cadeaux » littéraires à venir tels que la série « Dialogues Interdits »… encore un peu de patience ! En attendant, je publie régulièrement des épisodes sur cet espace.

Sexe boxing : Charlie en recherche de partenaire…

Charlie est une femme originale… Débordante d’énergie, elle s’est mise à la boxe afin de calmer ses ardeurs. Néanmoins, ses fantasmes la travaillent encore beaucoup. Son péché mignon ? Les postures sexuelles extravagantes. Mais pas facile de trouver un partenaire suffisamment doué…

Ce désir de postures extravagantes m’habitait depuis un bon moment. Au départ, je ne pensais vraiment pas que l’amour pouvait prendre une telle apparence. Quand j’étais petite, on ne m’avait pas expliqué les faits ainsi. On m’avait dit que le papa câlinait la maman, qu’ils se mettaient nus, puis que le papa, pour être encore plus proche de la maman, glissait doucement le pénis dans le vagin. Franchement si c’est pour expliquer aussi mal, autant ne rien raconter et laisser les rumeurs de cours de récré faire leur office. Non seulement cela laissait entendre qu’il n’y avait qu’une seule position, faisait croire que c’était juste une technique pour rapprocher les corps, mais en plus ça n’expliquait même pas le mouvement. Lorsque j’appris plus tard que le coït consistait à entrer et sortir en permanence, j’ai tout de suite repéré la contradiction avec le bouquin. On me le révéla lors d’une pyjama party entre copines où j’étais la seule à ne pas être au courant… je ne savais plus où me mettre.

Par la suite c’est un autre bouquin, bien moins sage, qui me mit la puce à l’oreille. Pour trouver ce livre il fallut fouiner jusqu’en haut de l’armoire parentale, en leur absence, hissée sur un tabouret. Un livre d’illustrations pour adultes, sorte de résumé du Kama Sutra, détaillant différents procédés pour faire l’amour. Là, je compris que dans l’acte, il n’y avait pas que la notion de se câliner et faire un enfant. Il y avait aussi et surtout le plaisir de la pénétration et du va-et-vient. J’avais passé plus d’une heure à feuilleter et revenir sur les pages, fascinée. Était-il vraiment possible que deux corps exécutent tout cela ? Très naïvement, je me mis alors à croire que tous les couples s’y adonnaient. Le jour de mon dépucelage, je n’ai eu aucune exigence particulière. Ensuite, j’ai recherché des plaisirs plus subtils, et bien plus délicats à mettre en place. Et c’est là que j’ai pris conscience de mes limites… et de celles de mes partenaires. Tenant à davantage d’expérimentation, bien des garçons me déçurent. Grosso modo, leurs fantasmes restaient au nombre de deux : la fille à genoux, la fille à quatre pattes. Et surtout pas à genoux pour un coït vaginal l’un sur l’autre, ni à quatre pattes de façon un tant soit peu originale. À genoux pour se faire sucer, à quatre pattes pour la levrette, rien de plus. Bien longtemps, je m’en accommodais. À présent, j’étais de nouveau dans une période de déceptions sexuelles, et toute admirative qu’elle était, Lydie avait du mal à me comprendre.

– Franchement Charlie… À quoi bon se compliquer autant l’existence ?
– Se compliquer l’existence ? T’es idiote ou quoi ? Il ne s’agit pas de se la compliquer, il s’agit de l’embellir ! De s’offrir des expériences impérissables !
– Tu trouves pas toute cette panoplie un peu gadget ?
– Au contraire, chaque posture est hyper étudiée. Aucune n’est gratuite : l’une permet d’explorer le périnée, l’autre laisse les mains libres pour qu’il te caresse les seins et le clitoris en te pénétrant. Telle autre fait frotter la verge contre le point G, telle autre te visite plus en profondeur…
– Si ça se trouve, le jour où tu testeras tout ça c’est là que tu seras déçue.
– Je ne pense pas. Et quoi qu’il en soit ce n’est pas une raison pour ne pas essayer.
– Passe des annonces ! Recherche des libertins, des adeptes du tantrisme… je sais pas moi.
– Les libertins aiment bourriner, pas forcément faire preuve de tact. Puis j’aime tellement les hasards de la vie ! Ce serait vraiment malheureux que je sois forcée de déposer une demande en bonne et due forme. Est-ce qu’il n’y a donc aucun mec pour pratiquer le collier de vénus ? Le marteau piqueur, le lotus inversé, le jeté arrière ? Ils ne savent même pas ce que c’est.
– Moi non plus. Tant que j’ai mon orgasme, ça me va. Tu n’aurais pas du mal à jouir ? Et à cause de ça tu rechercherais d’autres chemins ?
– Jouir ne m’a jamais posé problème. Même quand je ne jouis pas ça ne me pose pas souci. Ce que je veux développer, c’est le plaisir qu’on ressent AVANT l’orgasme. Là est le secret des relations sexuelles au top, enfin de mon point de vue.

Tous ces babillages ne m’avançaient pas beaucoup plus. Heureusement, une solution allait faire son entrée… Qui allait m’apprendre ce proverbe : « On va toujours chercher bien loin ce qu’on a sous les yeux ».

Chapitre 4 – Sexy sparing partner

Le jeune homme qu’il me fallait n’apparut pas : il était déjà là. Que n’y avais-je songé plus tôt ? Pourquoi espérer d’hypothétiques rencontres alors que j’avais le mâle de la situation sous la main ? Avec toutes ces histoires, je l’avais oublié… François, bien sûr. Un corps long, fin et sec, des muscles bien dessinés sans bodybuilding extrême, un sourire et un regard vraiment craquant… Encore étudiant, le garçon approchait des vingt-cinq, et faisait moins. Ses cheveux d’un noir d’ébène mettaient en valeur ses yeux d’un bleu intense, combinaison rare de couleurs, pourtant naturelle.

Son style de boxe était fendard et super mignon, sans cesse en mouvement, on aurait dit une sorte de danse. Plutôt d’un bon niveau, François ne cherchait jamais à frimer devant les nouveaux, ni ne se froissait quand notre prof, pas toujours pédagogue avec les garçons, lui corrigeait un défaut. Il prenait tout à la rigolade et adorait m’envoyer des piques. Celles-ci, tant physiques que psychiques, avaient un fort effet sur ma personne. Côté psychique, c’était de gentilles petites vannes qu’il me sortait à l’occasion, lorsqu’il trouvait un bon mot (à la différence de Lydie qui vannait à tout-va, avec ou sans bon mot). Côté physique, il adorait pointer mes maladresses de sparing en me donnant de petites touches au ventre, dans les côtes ou au visage. Elles ne faisaient jamais mal, il s’arrangeait juste de temps en temps pour en rendre une un peu humiliante. Et quand en retour je lui jetais un regard noir, il me décochait un sourire amical qui métamorphosait immédiatement ma colère en tendresse. Bref, je l’aimais vraiment bien ce garçon-là. Il aurait été célibataire qu’il ne m’en aurait pas fallu beaucoup plus pour en tomber amoureuse, et je ne comprenais pas pourquoi, avant mon arrivée, il ne s’était rien passé entre lui et Lydie.

Lire l’histoire complète dès maintenant ? Rien de plus simple. Donnez-moi votre prénom et votre eMail, et recevez « Sexe Boxing » dans un instant.

Nouvelle couverture…

Je viens de créer une nouvelle couverture pour « Deux sœurs en péril ». La mise à jour de cette couverture est en ligne sur le bog, mais pas encore sur les différentes plateformes (enfin, à l’heure où j’écris ces lignes).

La première version ne présentait qu’un seul corps féminin, ce qui me semblait peu logique pour une histoire mettant principalement en scène deux héroïnes.

Ancienne version…

2780921890_1-2

Nouvelle version…

mini-deux-soeurs-peril

Qu’en pensez-vous ?

Si vous n’avez pas encore lu cette histoire (qui est passée de la nouvelle… au vrai roman) : Deux sœurs en péril sur Google Play / Kobobooks


Recevez une histoire érotique gratuite

Livres à venir…

A venir sur ce blog et sur vos plateformes…
En ce moment, j’écris beaucoup, au point qu’il arrive que cela chamboule mon programme de la journée. L’inspiration est un domaine décidément bien mystérieux… Pourquoi particulièrement ces dernières semaines, et moins il y a deux mois ou un an ? Je l’ignore. Concernant ma série d’histoires complètes « Dialogues Interdits », dont j’ai commencé à vous faire partager certains contenus sur cet espace, je dispose d’emblée de toute la matière pour au moins deux à trois livres. Une vraie saga en cours, dont le premier tome sortira sous peu.

Concernant la suite d’En attendant d’être grande, à savoir le second cycle, j’ai beaucoup, beaucoup de textes mais que je dois mettre en forme et dans l’ordre. Un peu de patience…

A peu près en même temps que le premier tome de « Dialogues Interdits » sortiront l’Intégrale de « En attendant d’être grande » réunissant les 5 premières parties, et un recueil réunissant 4 nouvelles et un roman (à savoir : « Deux soeurs en péril », « Abri d’urgence », « Ange contre Démon », « De corps et d’âme » et « Quick Change »).
Qu’on se le dise !

Concernant ce blog, j’ai préparé de nombreux nouveaux extraits gratuits qui seront à découvrir ici une à deux fois par semaine. D’autres interviews d’auteurs sont également en préparation. Suite à ma visite au Festival du salon de la littérature érotique à Paris, j’ai pris de nouveaux contacts intéressants dont vous entendrez parler sous peu sur ce blog. J’aime beaucoup ces entretiens, bien d’autres seront certainement encore à venir.

miniature-kosma

Sad girl with writing and erased text on her body. Lonekiness and depression

592584-001

dail-int

Main gauche qui écrit, main droite qui réécrit

Grande mise à jour des textes et des histoires !
Ce petit message pour vous informer des dernières évolutions de mes écrits…
– Tout d’abord bien entendu, « Rêves de paille », la cinquième partie de « En attendant d’être grande », enfin en ligne  sur Amazon / Google Play / Kobo Books.
– La relecture de toutes mes histoires : coquilles supprimées, petites fautes modifiées, textes aérés. Pour tout ce que vous avez déjà téléchargé, vous pouvez refaire les téléchargements gratuitement. En principe, cela se fait automatiquement avec la plupart des systèmes.
– De fait, tous les extraits gratuits à lire sur ce blog ont également été mis à jour. N’hésitez pas à les relire ! Oui, la totalité des articles publiés sur ce blog ont été revus et corrigés par mes soins : ah je ne me suis pas moqué de vous 🙂
Je mets tout en place pour que 2017 démarre sur les chapeaux de roue…


Recevez une histoire érotique gratuite

Sortie de « Instants Coupables », quatrième partie de « En attendant d’être grande »

La quatrième partie est en ligne !

Désirs, plaisirs, craintes, doutes, joies et déceptions… En cet été, Chloé vit un feu d’artifices d’émotions fortes. En ce lieu où tout semble permis, rien ne se déroule jamais vraiment comme prévu. Il faut dire que tout s’y prête : maman est loin, tante Marthe est plus laxiste que jamais, sa meilleure copine est avec elle, et cette communauté autogérée dans laquelle tout ce petit monde passe l’été est réellement incroyable.

Qui sait même, si elle ne serait pas amoureuse ? Mais à cet âge, tout change si vite. Jour après jour, Chloé tente de réaliser l’impossible : devenir une jeune fille tout en restant une enfant. En attendant, le beau Tom l’ignore… Quant à Charlie, lui est accro mais elle non. Ah, que la vie est mal faite. À moins que…

Sur Amazon

51ykbrwbrl


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Sortie de « Quick Change »

Qu’on se le dise ! Ma nouvelle « Quick Change » vient de sortir chez Amazon, Google Play et Kobobooks. D’autres plateformes à venir…

À l’heure où j’écris ces lignes, j’ai mis l’ouvrage à un prix ultra promo de 0,99 €. Profitez-en dès maintenant ! 🙂 C’est satisfait ou remboursé.

Sur Google Play / Kobobooks

Est-il possible de créer un tour de magie uniquement conçu pour le sexe ? Et pourquoi pas… Léa a beaucoup d’imagination. Magicienne amateur et passionnée, la lycéenne est également une baiseuse invétérée. Le tour dit du « Quick Change » pourrait bien lui permettre de coucher avec qui elle l’entend sans jamais risquer de se faire surprendre par son père ou sa mère. Surtout, cela pourrait lui permettre de s’adonner à son plaisir favori avec ses amants. Un acte particulier, bien plus spécial que le simple coït vaginal, que bien des filles adorent recevoir mais que certains garçons rechignent à offrir.

Seulement, tout cela comporte bien des risques…

quick-change-kosma

Quelques images en guise de piste…

plaisir-bouche-fille

cunni-hetero

cunnilingus-fille-facile


Recevez une histoire érotique gratuite

Bonne année littéraire !

Je sais ! Ces vœux sont un peu tardifs…

Attendez, ne soyez pas si sévère… je ne suis pas en retard sur tout. Avant toute chose, vous devez savoir…

. Que ces écrits littéraires ne sont pas mes seuls écrits. J’en rédige d’autres, sous différents noms d’auteurs. Je mène également des activités artistiques, sans compter bien entendu la vie de famille.

. Que je ne suis pas du tout en retard sur mes écrits littéraires. D’ailleurs, « En attendant d’être grande », ma saga, compte plus de 500 pages finalisées. Ou plus de 600 selon la façon dont on compte 🙂 Écrire, relire, réécrire, corriger est un énorme travail qui est fin prêt.

. Que je suis également à l’heure quant aux publications sur les forums. Eh oui ! C’est une nouvelle expérience que je tente. En fait, elle n’est pas si nouvelle. Pour les premières versions de mes histoires, j’étais déjà passé sur des forums d’écrits érotiques, ou plutôt des sous-forums de sites généralistes. Là, je publie le début de la toute dernière version d’En Attendant d’être grande, page par page, afin de faire un peu connaître ce blog, ma plume, et ma page Amazon. C’est une aventure très plaisante, car lire presque chaque jour des commentaires positifs de lecteurs et lectrices est très encourageant. Inutile de vous donner les adresses : ce sont des lieux très distincts, ne mélangeons pas tout 🙂 Et puis, si vous souhaitez lire En attendant d’être grande, vous pouvez vous inscrire à ce blog et en recevoir immédiatement une partie.

Mais surtout, le retard va être rattrapé ! De bien belles choses sont à venir. Parmi lesquelles…

  • Une série de nouvelles.
  • La sortie de « En attendant d’être grande » Partie 2 !
  • Des interviews d’auteurs.
  • Une nouvelle version pour Deux sœurs en péril.
  • Et une publication régulière d’extraits à lire.

Un peu de patience, rassurez-vous… tout cela arrive à grands pas.

plume chaude

Recevez une histoire érotique gratuite

Ouverture d’un blog littéraire… pas comme les autres ?

Ce titre risque de vous sembler prétentieux. C’est vrai ma foi : dans le monde de la littérature, tout le monde cherche à se démarquer, consciemment ou non. Et tout un chacun estime plus ou moins mener un blog personnel, hors des sentiers battus. De fait, bien des auteurs ont tendance à forcer le trait, à donner le sentiment qu’ils révolutionnent le monde de la littérature. Je n’ai pas cette volonté.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le terme « pas comme les autres » ne signifie absolument pas « meilleur que les autres ». S’il je l’estime vraiment différent c’est par la plume, et les sujets abordés dans mes histoires. Tous les sujets ont déjà été abordés, cela va de soi, surtout dans le domaine de la sensualité. Néanmoins, ce n’est que très rarement (voire encore jamais, pour certains thèmes) que j’ai pu lire des livres explorant ce que j’explore, et surtout de la façon dont je l’explore. Cela n’en fait aucunement des écrits supérieurs à d’autres. Simplement… ils ont un style, une particularité. Qui peut fortement plaire, ou à contrario déplaire tout aussi intensément.

Pourquoi donc de telles réactions ? Car j’écris beaucoup sur des sujets tabous. Fortement teintés d’érotisme et de sensations charnelles, mes histoires sont écrites totalement librement. J’entends par là qu’en littérature, je considère que tout doit être permis… Simplement parce que ce n’est jamais que de la littérature. De l’imaginaire. C’est la projection d’un fantasme ou d’une idée tombée du ciel que l’on est parvenu à maîtriser suffisamment pour le coucher sur du papier. Qu’il s’agisse d’encre de Chine ou d’encre électronique…

schreiben ecrire-litterature-eroecrire-litterature-ero

Je n’ai jamais écrit volontairement dans le domaine du tabou (tabou sexuel, tabou de genre, tabou de société…). L’inspiration me vient telle un cadeau de la vie, je l’accueille avec bienveillance et m’efforce de lui faire honneur. Rien de plus. Je ne saurais dire pourquoi j’aborde tel ou tel déroulement. En fait, malgré que cela demande beaucoup d’effort et de travail, cela se construit tout seul dans l’esprit.

Bien d’autres histoires sont à venir. Toutes explorent le monde de la sensualité et l’éveil des sens. Romans érotiques ? Sexuels, pornographiques ? Romans coquins ? Oui et non… car ce domaine littéraire ne serait rien sans tout ce qui va autour. Explorer uniquement l’instant sensuel des choses ne peut faire vibrer si on ne se plonge pas dans le contexte. Par ailleurs, la sexualité est totalement liée à tout ce qui constitue une existence. L’amour, l’amitié, la haine, le partage, la foi, le doute, la communication, les rêves, les espoirs et désespoirs… De fait, j’aime également écrire sur le monde, philosopher, faire de l’humour, de la sociologie, de la poésie.

en attendant d'être grande Ange contre démon deux soeurs en péril

Pour tout dire, ma plume possède un guide qui n’est certainement pas ma personne. Lorsqu’une idée me vient, elle passe ou reste. Comme tout le monde, je suis sans cesse traversé d’idées, d’envies, de pensées. Lorsqu’une de mes idées se métamorphose en désir ardent, je n’ai alors plus le choix : il me faut en faire une histoire, sous quelque forme que ce soit. Ce n’est pas plus compliqué que cela et je ne saurai faire une analyse beaucoup plus poussée de l’origine de mes écrits. Je précise que la littérature est selon moi le domaine par excellence qui ne doit jamais au grand jamais souffrir de la moindre censure. Encore moins d’autocensure. Tout sujet doit pouvoir être développé dans une liberté d’esprit et de ton absolu, et je ne pense pas que cela doit être négociable. Qu’en dites-vous ?

Il est à noter que percevoir une transgression des tabous en mon écriture serait illusoire. Là encore, là n’est pas mon objectif. Mon objectif… mais quel est-il donc ? Vous amuser, vous donner du plaisir, vous faire vibrer, rire, réfléchir, rêver. Rien de plus. C’est je pense le but de tout auteur. J’ajoute que j’écris également sur des thèmes biens plus légers, et bien moins polémiques. Tout d’abord car je n’écris pas sous un seul et unique nom d’auteur. Ensuite, car même en tant que Théo Kosma, je disserte sur des sujets certes sensuels mais beaucoup moins polémiques. Seulement… ce n’est pas encore visible !:-) Ça le sera peu à peu. Je ne vous en dis pas plus pour le moment. Bien des surprises sont à venir.

Êtes-vous prêt, êtes-vous prête pour partir à l’aventure ? En ce cas, voici ce que je vous propose…

. Inscrivez-vous à ce blog (voir encadré à droite de cette page) afin que je puisse vous envoyer les quelques premières dizaines de pages de ma saga « En attendant d’être grande ». Rassurez-vous, je n’envoie jamais le moindre spam. Je vous ferais simplement parvenir de temps en temps un peu de lecture exclusive. Des découvertes en avant-première, des récits troublants, des eBooks à gagner… Rien que du bonheur. Et si vous le souhaitez, vous pourrez bien entendu vous désinscrire à tout moment en un simple clic.

. Mettez ce blog dans vos favoris. Revenez régulièrement, dès que le cœur et le corps vous en dit. Au programme : des extraits de romans et de nouvelles, des nouvelles gratuites, des interviews d’auteurs, des réflexions. De quoi faire vibrer son intellect et faire vibrer ses sens tout au long de l’année.

. Soutenez mon travail en vous procurant mes eBooks, et en en parlant à votre entourage, vos réseaux sociaux, forums…

Soyez donc le ou la bienvenue. Merci d’être ici. Et sans plus attendre, découvrez les premières lignes de la première partie d’ « En attendant d’être grande ».

«

Avertissement

Ceci est le récit de mon enfance.

Attention lecteur. Prends garde, lectrice !
Tu t’apprêtes à faire ton entrée dans un univers troublant. Ton esprit, tes émotions, tes sentiments… tout cela va être titillé, chatouillé, dérangé.
Au cours de ces lignes, je ne me suis jamais censurée. Pas même une seule fois. Tu pourrais m’en vouloir, ou au contraire m’en être reconnaissant(e).

Il t’est conseillé de lire cette histoire par petits bouts, à tête reposée. Une lecture trop intensive risquerait de te faire perdre certaines notions, de t’échauffer, de te mettre en surdose. Naturellement, je te laisse gérer… Sache juste que ce qui suit n’a pas été conçu pour être dévoré d’un trait.

Prends quelques grandes inspirations, cramponne-toi et embarque avec moi dans cette aventure pour un saut sans filet…

Préambule – Le jour où j’ai pris ma décision

Un « S », un « A », un « L »… Ce mot, je l’avais souvent entendu. C’est la première fois que je le voyais écrit. Mais que pouvait-il bien vouloir dire ? Les grands l’employaient entre eux, les grandes ça arrivait aussi, quoique plus rarement. J’ai toujours eu l’oreille fine… Jamais ce terme ne m’avait été adressé. Tant mieux, tant pis, je l’ignorais. Difficile de savoir à l’époque où on commence tout juste à savoir lire. Il avait fallu décortiquer chaque lettre et prononcer à haute voix pour être bien certaine d’être dans le vrai. Plus de doute, c’était bien ce mot-là que j’avais entendu. Un mot curieux. Ambigu. Sale, peut-être ? Je le pressentais, à voir la mine grivoise et grimaçante de chaque homme le prononçant.

Il en est ainsi des mots interdits, on ne les dit jamais normalement. La dernière fois qu’il était parvenu à mes oreilles c’était dans la rue, lorsque cette jeune fille si jolie avec sa jupe écossaise courte était passée devant un homme, très vieux, pas loin de la quarantaine dirais-je. En la fixant, celui-ci murmura entre ses dents grises le fameux mot en « S ». Le terme était cassant, bien que lancé à voix basse il m’avait comme abîmé les tympans.

Lorsque le mot est revenu, c’était couché sur du papier dans un magazine People à propos de ce qu’aurait balancé Willy J. Adams sur son ex, Jennyfer, pourtant mère de ses enfants. Bien que Jennyfer soit une charmante chanteuse et la fille à la jupe une charmante jeune fille, le terme ne résonnait décidément pas comme un compliment.

Des mots dont j’ignorais le sens, en ce temps-là j’en entendais matin, midi et soir. Trop souvent, il fallait deviner. Celui-là me rendait particulièrement curieuse. J’y supposais un sous-entendu plus ou moins sexuel, ce qui le rendait d’autant plus attractif.

Plus tard, bien plus tard, j’appris à l’entendre tantôt comme la pire des insultes, tantôt comme le plus beau des compliments. Mais ceci est une autre histoire car c’est uniquement mon enfance que je suis venue te conter aujourd’hui.

À la maison on avait qu’un seul dictionnaire. Un tout esquinté, édition de mille neuf cent dix que grand-père nous avait légué et qui restait dans la poussière, tout en haut de l’armoire. Non, on ne connaissait pas tous les mots du dico à la maison. Simplement quand les parents ne savaient pas, ils faisaient comme moi : ils devinaient. Ce qui était pardonnable à mon âge l’était moins au leur. Quant au gros livre, non seulement la poussière m’a toujours donné des crises d’éternuements, mais me hisser en haut de l’armoire était expédition périlleuse. Autant par le risque de chuter que par la rouste qui m’attendait si je me faisais prendre.

Dans ces cas-là, le dernier recours est de demander à papa. Comme dictionnaire sur pattes, on a vu mieux… On fait avec ce qu’on a. Quand il lisait les actualités papa n’aimait pas des masses que l’on vienne l’embêter. Hormis les rares fois où maman l’invitait dans la chambre pour « classer le courrier ». Là, il délaissait sa feuille de chou même si la Une titrait sur le foot et trottinait derrière maman comme un gamin, en se dandinant d’un pied sur l’autre, tout guilleret. Je n’ai jamais saisis comment on pouvait avoir si hâte d’exécuter une tâche aussi barbante, ni pourquoi il fallait fermer la porte à clé pour ça. Et surtout, pourquoi je n’avais pas le droit de classer le courrier avec eux ni de venir frapper à la porte. J’étais même chargée de répondre au téléphone. Au moins leur courrier ne prenait jamais longtemps à être classé, en cinq minutes c’était réglé, dix à tout casser.

Aujourd’hui, pas de maman pour lui proposer quoi que ce soit mais un journal qui titrait sur le résultat de la coupe du monde : je le dérangeais. Tant pis, j’étais trop impatiente de savoir.

— Dis papa, c’est quoi une salope ?
— Une salope ? Mmmm… Comment te dire… ben une salope par exemple, c’est ta cousine Estelle, marmonna-t-il sans se détacher de son canard. Et une belle salope qui plus est !

Ce fut sa seule réponse. Son air me fit comprendre qu’il faudrait m’en contenter. Estelle ! Estelle mon modèle, Estelle ma grande cousine, aînée et aimée. Dès lors, le terme résonnera en moi tel une qualité. Durant une bonne partie de mon enfance, « Salope » est et restera à mon cœur synonyme de « princesse ». Plus tard, l’amant me faisant l’amour en me traitant de « salope » aura toujours mon estime. Les autres noms d’oiseau auront un jugement différent… qui pourra être positif ou non, selon les cas. M’y complaire et lui en redemander, ou bien lui fermer son clapet voire le laisser en plan. Enfin, tout a donc commencé en ce jour, lorsque j’ai demandé la signification du mot défendu. Si papa avait répondu autrement mon destin aurait été tout autre, qui sait. Car tout de même, Estelle… Estelle que j’admirais tant, la fille à laquelle j’essayais toujours de ressembler. Estelle ma presque grande sœur, pleine de vie, d’amour et d’humour, que j’étouffais de câlins et de baisers dès que nous avions l’occasion de nous voir. Une fille qui avait tout. Le look, la beauté, l’intelligence et les formes. J’en déduisis que les salopes étaient des jeunes filles classes, élégantes, jolies, gentilles comme tout, pleines de grâce, et pris dès ce jour la résolution de tout faire pour en devenir une moi aussi.

»


Recevez une histoire érotique gratuite