« Sage comme un orage » : eBook gratuit !

Ma saga littéraire « En attendant d’être grande » rééditée !

Les 5 parties se sont transformées en 3 : soit bien davantage de pages pour chaque partie. Les titres ont changé, désormais voici la nouvelle dénomination :

« Partie 1 – Sage comme un orage »

« Partie 2 – L’âge de déraison »

« Partie 3 – Fruit interdit au jardin d’Eden »

La partie 1 est disponible gratuitement, et contient 85 pages supplémentaires à lire par rapport à la version précédente. À télécharger et à partager ! Pour acquérir « Sage comme un orage, cliquez ci-dessous ».

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/sage-comme-un-orage-en-attendant-d-etre-grande-partie-1

https://play.google.com/store/books/details/Th%C3%A9o_Kosma_Sage_comme_un_orage_En_attendant_d_%C3%AAtre?id=-nWZAgAAQBAJ

Quant aux couvertures des deux autres parties, les voici :

 

Lectures érotiques : c’est demain !

Demain 1er décembre, les 4 jours fous démarrent ! Tous mes eBooks érotiques à 0,99 €.

Mon conseil ? N’attendez pas le 4 décembre. Reportez à plus tard et vous risquez d’oublier. Allez-y dès vendredi.

Toute diffusion de ces jours promo serait grandement appréciée… à vos contacts, réseaux sociaux, mailing-list, blogs… Ce serait formidable.

Opération lectures érotiques : J – 2 !

ça approche, ça approche ! Du 1er au 4 décembre, la totalité de mes eBooks sont à 0,99 €.

Aux blogueurs qui ont/vont chroniquer un de mes ouvrages : placez votre chronique (ou un extrait) sur la page de l’achat ! Vous ferez connaître votre média, m’aiderez, et pour vous remercier je vous rembourse l’eBook avec un chèque-cadeau Amazon. En attendant, je vous serais très reconnaissant d’annoncer les jours promos sur vos réseaux (blog, mailing-list, Facebook…).

Pour tous les autres lecteurs, je rappelle les 2 avantages exceptionnels :

Avantage N°1

Parmi tous les lecteurs laissant une note + un commentaire sur la page de leur achat, une personne sera tirée au hasard et recevra mes 5 prochaines sorties à venir. Son prénom figurera également (si elle le souhaite) dans une histoire à venir.

Avantage N°2

TOUS les lecteurs ayant laissé une note + un commentaire sur la page de leur achat recevront gratuitement ma prochaine sortie littéraire dans leur boîte eMail.

Qu’on se le dise !

Crowfunding érotique jusqu’au 17 septembre

Ma collègue Françoise Colliot, que je vous avais déjà invité à connaître sur Plume Interdite au cours de plusieurs entretiens, a lancé un appel à participations pour l’écriture de son roman.

https://fr.ulule.com/souvenirs-tatie-monique/

BRAVO à elle car l’affaire semble bien lancée, près de 100 % de la somme collectée à l’heure où j’écris ces lignes. Mais comme vous devez le savoir, une somme peut même être dépassée. Si vous appréciez comme moi l’univers de cet auteur, cliquez sur la page et faites le don de votre choix, vous ferez ainsi partie de son lectorat privilégié et serez co-responsable de sa prochaine sortie littéraire !

Rentrée littéraire : retour des activités, sortie imminente…

Bonjour à tous et à toutes,

Ouf ! Fiouuuu… quel été compliqué. Riche et stressant à la fois, tant et si bien que je n’ai pas toujours eu le temps d’avancer sur mes écrits.

Qu’importe, car la seconde saison de « Dialogues Interdits » est prête, et sa sortie est imminente. La suite de « En attendant d’être grande » avance également, ainsi que d’autres surprises littéraires dont je ne parle pas pour l’instant car elles ne sont pas encore suffisamment mures à mon goût. Une cependant, si : la lecture complète en audio de « Sex Boxing » (un grand merci à B.), lue par une voix féminine douce et sensuelle. A découvrir sous peu sur Youtube !

En attendant, je compte sur vous pour relayer ce blog, ses articles, ses extraits d’histoires… c’est très important pour la suite de notre aventure commune.

A très vite !

Théo

Sortie de Dialogues Interdits

Cela faisait un bon moment que je le promettais, le voici enfin : « Dialogues Interdits », la première saison dès à présent en eBooks !

Sur  Google Play / Kobobooks

Ainsi qu’en eBook ET en livre broché sur Amazon, tout comme mes autres ouvrages.

Mots crus, mots cruels, mots doux, mots chocs, mots tendres… Au moment des confidences intimes, on se dit tout sans le moindre tabou. Quitte à faire rire, heurter, interpeller ou faire réfléchir. Quitte à être salace et provoquant, voire même hors norme et borderline.

De petites histoires complètes entre deux copines, deux copains, un couple… Des récits sulfureux et singuliers où fiction réalité se dépassent l’un l’autre. Pour la première fois en littérature érotique, un roman uniquement constitué de dialogues. Aucune narration, uniquement des paroles.

Entrez dans un monde qui donnera des allures bien sages à vos discussions les plus osées. Découvrez des fantasmes et aventures inavouables qui vous seront livrés avec une musique de mots ensorceleurs.

Le livre est découpé en 32 épisodes, et est agrémenté de 27 interludes. Si vous voulez tout savoir, cela fait même en tout 33.500 mots à dévorer 🙂 Ah, je ne me suis pas moqué de vous !

La saison 2 est déjà presque prête, et je pense d’emblée qu’il y aura au minimum 4 ou 5 livres de Dialogues Interdits. Mais… nous verrons cela un peu plus tard. En attendant, je compte sur vous pour vous fendre d’un petit achat ainsi que d’une note et d’un commentaire ?

Un extrait ci-dessous en guise d’avant-goût…

— Et c’est pile à ce moment-là qu’elle est entrée ta mère ?
— Presque. Une chance que ma chambre soit au premier et que les marches de notre escalier grincent. Du moins avec elle et sa centaine de kilos.
— N’empêche qu’elle a la pêche et qu’elle marche vite.
— Ah ça, on n’a eu que quelques secondes devant nous ! À peine !
— Et qu’est-ce qu’elle t’a dit.
— Elle m’a demandé si j’avais fait un cauchemar, je lui ai dit que oui. Elle s’est aussi demandée pourquoi je dormais toute nue, moi qui ne l’avais jamais fait, et aussi pourquoi la fenêtre était entrouverte et ma nuisette à terre.
— Aïe ! Ça se transformait en interrogatoire. Il a eu le temps de se barrer par la fenêtre ?
— Tu rigoles, il se serait tué. C’est surtout qu’une fois entré par la fenêtre, on était si pressés qu’on n’a pas pris le temps de la refermer. Puis les bruits de la route c’était pas mal pour couvrir les autres sons.
— Sauf que ça n’a pas suffi puisqu’elle t’a entendu gémir, et qu’elle est montée. Il était sous le lit ?
— Dans le placard.
— Dans les Vaudevilles l’amant est toujours soit sous le lit, soit dans le placard.
— Sous le lit, c’était trop évident. D’ailleurs…
— Ne me dit pas qu’elle a regardé.
— En fait, il est arrivé qu’un chat sauvage s’introduise dans la maison, quand on avait laissé ouvert. Ça lui a servi de prétexte.
— Pas si bête que ça la maman.
— Pas intelligente au point d’avoir vérifié ailleurs.
— Tu l’as dit : il lui fallait un prétexte. Elle n’allait pas prétendre qu’un chat avait ouvert la porte du placard pour s’y cacher. J’y pense, il n’y a qu’un seul placard dans ta chambre et il est hyper petit. Quant à Michael, il est super grand.
— Et de partout. Il a eu un mal fou à caler sa bite. Pour un peu, elle lui aurait échappé des mains et ça aurait ouvert la porte. Ne ris pas ! Ça a beau avoir l’air drôle, si c’était arrivé, alors là, grosse cata en perspective.
— Vous aviez pris des risques ?
— Heu… effectivement, en plus de ça on s’était pas protégés, et sa verge dégoulinait de ma mouille. Ça a fait des tâches dans le placard et dans les draps, j’aurais dû être plus prévoyante. De son départ au petit matin j’ai passé deux heures à nettoyer. Je pensais que ça ne partirait jamais !
— Ça n’en valait pas la peine ?
— Je me demande.
— Pour ma part, ça fait bien longtemps que j’ai habitué ma mère à garder parfois la fenêtre ouverte et à dormir toute nue, surtout les nuits où je reste seule… quitte à m’enrhumer. J’y ai pensé très longtemps à l’avance, dès ma préadolescence. Je me suis dis : « bon je n’ai pas encore l’âge de baiser, mais je baiserai un jour. Et ce jour-là, j’aimerais bien qu’un petit copain vienne me rejoindre certaines nuits. Alors il faut prévoir le coup ». À quatorze ans, mes parents étaient déjà plus du tout surpris que je dorme nue. Et dès mes quinze ans je les ai habitués à m’entendre crier, de temps en temps, en disant après que j’avais fait un cauchemar. Ça a complètement brouillé les pistes, il n’y a plus jamais moyen qu’ils sachent quand c’est du bluff et quand ça ne l’est pas. Quand j’ai débuté ma vie sexuelle à seize ans, tout était prêt. J’ai accueilli des tas de petits copains sans jamais me faire griller.

Pour en savoir beaucoup plus… Dialogues Interdits est sur Google Play / Kobobooks

En attendant d’être grande : l’intégrale !

L’intégrale de En attendant d’être grande est en ligne ! Les 5 tomes réunis en 1, pour un prix exceptionnel. Vous ne connaissez cette saga sulfureuse que par petits bouts ? Ou bien vous n’avez lu que le premier tome ? Voici les 5 parties rien que pour vous…

(Vous avez déjà tout lu ? Lire l’intégrale est une façon de soutenir mon travail, mais également d’avoir la totalité des chapitres sous les yeux).

Partie 1 – Vêtue de regards / Partie 2 – Éducation Libre / Partie 3 – Apprentissage pas sage / Partie 4 – Instants coupables / Partie 5 – Rêves de paille.

A lire dès à présent via les plateformesGoogle Play / Kobo Books


Recevez une histoire érotique gratuite

P.S. : Alors, comme se le demandait le blogueur Argoul : En attendant d’être grande, c’est fini ? Non, je ne crois pas. Ce n’est là que la fin du premier cycle… Affaire à suivre.

Cadeaux littéraires du nouvel an

Excellente année à tous et à toutes, lecteurs et lectrices ou simples visiteuses et visiteurs !
Qu’elle vous soit douce, chaude, sulfureuse et chaleureuse.

Beaucoup à venir en cette nouvelle année sur ce site. Quelques indices ? De nombreuses rencontres avec des auteurs, la sortie d’une nouvelle série érotique « Dialogues Interdits », des partenariats, sans doute le démarrage du seconde cycle de « En attendant d’être grande » (qui contera la préadolescence et l’adolescence de Chloé), d’autres surprises littéraires…. et bien entendu toujours davantage d’extraits gratuits à lire en ligne.

En guise de cadeaux du nouvel an…

. « Abri d’urgence », nouvelle sensuelle mettant en scène une fille de riches et deux sans-abri, disponibles en versions gratuites sur Google Play et Kobo Books.



. « Sexe Boxing », une nouvelle inédite drôle, surprenante et sans tabou, à télécharger gratuitement en m’indiquant votre eMail ci-dessous (texte agrémenté de photos particulièrement excitantes…).



. Et enfin la possibilité de recevoir les 5 parties de « En attendant d’être grande » en un seul volume avec la sortie de l’intégrale. Tarif unique revenant à peine à 1,50 € par partie ! Des centaines de pages d’aventures initiatiques et d’apprentissage à la sensualité…

Sur Google Play / Kobo Books



Au-delà de vos bonnes résolutions personnelles, si vous souhaitez prendre de bonnes résolutions littéraires, voilà ce que je vous propose :
– Achetez mes livres ! En version eBook ou papier (à venir très rapidement) sur la plateforme de votre choix.
– Mettez des notes et commentaires sur les pages des livres achetés (sur Amazon, Google Play…).
– Parlez de ce site autour de vous, partagez vos extraits préférez sur vos réseaux sociaux.
Tout ceci est capital pour la suite de l’aventure…

Amitiés coquines et meilleurs vœux !

Théo

P.S. : Pour les « cadeaux » littéraires à venir tels que la série « Dialogues Interdits »… encore un peu de patience ! En attendant, je publie régulièrement des épisodes sur cet espace.

Sexe boxing : Charlie en recherche de partenaire…

Charlie est une femme originale… Débordante d’énergie, elle s’est mise à la boxe afin de calmer ses ardeurs. Néanmoins, ses fantasmes la travaillent encore beaucoup. Son péché mignon ? Les postures sexuelles extravagantes. Mais pas facile de trouver un partenaire suffisamment doué…

Ce désir de postures extravagantes m’habitait depuis un bon moment. Au départ, je ne pensais vraiment pas que l’amour pouvait prendre une telle apparence. Quand j’étais petite, on ne m’avait pas expliqué les faits ainsi. On m’avait dit que le papa câlinait la maman, qu’ils se mettaient nus, puis que le papa, pour être encore plus proche de la maman, glissait doucement le pénis dans le vagin. Franchement si c’est pour expliquer aussi mal, autant ne rien raconter et laisser les rumeurs de cours de récré faire leur office. Non seulement cela laissait entendre qu’il n’y avait qu’une seule position, faisait croire que c’était juste une technique pour rapprocher les corps, mais en plus ça n’expliquait même pas le mouvement. Lorsque j’appris plus tard que le coït consistait à entrer et sortir en permanence, j’ai tout de suite repéré la contradiction avec le bouquin. On me le révéla lors d’une pyjama party entre copines où j’étais la seule à ne pas être au courant… je ne savais plus où me mettre.

Par la suite c’est un autre bouquin, bien moins sage, qui me mit la puce à l’oreille. Pour trouver ce livre il fallut fouiner jusqu’en haut de l’armoire parentale, en leur absence, hissée sur un tabouret. Un livre d’illustrations pour adultes, sorte de résumé du Kama Sutra, détaillant différents procédés pour faire l’amour. Là, je compris que dans l’acte, il n’y avait pas que la notion de se câliner et faire un enfant. Il y avait aussi et surtout le plaisir de la pénétration et du va-et-vient. J’avais passé plus d’une heure à feuilleter et revenir sur les pages, fascinée. Était-il vraiment possible que deux corps exécutent tout cela ? Très naïvement, je me mis alors à croire que tous les couples s’y adonnaient. Le jour de mon dépucelage, je n’ai eu aucune exigence particulière. Ensuite, j’ai recherché des plaisirs plus subtils, et bien plus délicats à mettre en place. Et c’est là que j’ai pris conscience de mes limites… et de celles de mes partenaires. Tenant à davantage d’expérimentation, bien des garçons me déçurent. Grosso modo, leurs fantasmes restaient au nombre de deux : la fille à genoux, la fille à quatre pattes. Et surtout pas à genoux pour un coït vaginal l’un sur l’autre, ni à quatre pattes de façon un tant soit peu originale. À genoux pour se faire sucer, à quatre pattes pour la levrette, rien de plus. Bien longtemps, je m’en accommodais. À présent, j’étais de nouveau dans une période de déceptions sexuelles, et toute admirative qu’elle était, Lydie avait du mal à me comprendre.

– Franchement Charlie… À quoi bon se compliquer autant l’existence ?
– Se compliquer l’existence ? T’es idiote ou quoi ? Il ne s’agit pas de se la compliquer, il s’agit de l’embellir ! De s’offrir des expériences impérissables !
– Tu trouves pas toute cette panoplie un peu gadget ?
– Au contraire, chaque posture est hyper étudiée. Aucune n’est gratuite : l’une permet d’explorer le périnée, l’autre laisse les mains libres pour qu’il te caresse les seins et le clitoris en te pénétrant. Telle autre fait frotter la verge contre le point G, telle autre te visite plus en profondeur…
– Si ça se trouve, le jour où tu testeras tout ça c’est là que tu seras déçue.
– Je ne pense pas. Et quoi qu’il en soit ce n’est pas une raison pour ne pas essayer.
– Passe des annonces ! Recherche des libertins, des adeptes du tantrisme… je sais pas moi.
– Les libertins aiment bourriner, pas forcément faire preuve de tact. Puis j’aime tellement les hasards de la vie ! Ce serait vraiment malheureux que je sois forcée de déposer une demande en bonne et due forme. Est-ce qu’il n’y a donc aucun mec pour pratiquer le collier de vénus ? Le marteau piqueur, le lotus inversé, le jeté arrière ? Ils ne savent même pas ce que c’est.
– Moi non plus. Tant que j’ai mon orgasme, ça me va. Tu n’aurais pas du mal à jouir ? Et à cause de ça tu rechercherais d’autres chemins ?
– Jouir ne m’a jamais posé problème. Même quand je ne jouis pas ça ne me pose pas souci. Ce que je veux développer, c’est le plaisir qu’on ressent AVANT l’orgasme. Là est le secret des relations sexuelles au top, enfin de mon point de vue.

Tous ces babillages ne m’avançaient pas beaucoup plus. Heureusement, une solution allait faire son entrée… Qui allait m’apprendre ce proverbe : « On va toujours chercher bien loin ce qu’on a sous les yeux ».

Chapitre 4 – Sexy sparing partner

Le jeune homme qu’il me fallait n’apparut pas : il était déjà là. Que n’y avais-je songé plus tôt ? Pourquoi espérer d’hypothétiques rencontres alors que j’avais le mâle de la situation sous la main ? Avec toutes ces histoires, je l’avais oublié… François, bien sûr. Un corps long, fin et sec, des muscles bien dessinés sans bodybuilding extrême, un sourire et un regard vraiment craquant… Encore étudiant, le garçon approchait des vingt-cinq, et faisait moins. Ses cheveux d’un noir d’ébène mettaient en valeur ses yeux d’un bleu intense, combinaison rare de couleurs, pourtant naturelle.

Son style de boxe était fendard et super mignon, sans cesse en mouvement, on aurait dit une sorte de danse. Plutôt d’un bon niveau, François ne cherchait jamais à frimer devant les nouveaux, ni ne se froissait quand notre prof, pas toujours pédagogue avec les garçons, lui corrigeait un défaut. Il prenait tout à la rigolade et adorait m’envoyer des piques. Celles-ci, tant physiques que psychiques, avaient un fort effet sur ma personne. Côté psychique, c’était de gentilles petites vannes qu’il me sortait à l’occasion, lorsqu’il trouvait un bon mot (à la différence de Lydie qui vannait à tout-va, avec ou sans bon mot). Côté physique, il adorait pointer mes maladresses de sparing en me donnant de petites touches au ventre, dans les côtes ou au visage. Elles ne faisaient jamais mal, il s’arrangeait juste de temps en temps pour en rendre une un peu humiliante. Et quand en retour je lui jetais un regard noir, il me décochait un sourire amical qui métamorphosait immédiatement ma colère en tendresse. Bref, je l’aimais vraiment bien ce garçon-là. Il aurait été célibataire qu’il ne m’en aurait pas fallu beaucoup plus pour en tomber amoureuse, et je ne comprenais pas pourquoi, avant mon arrivée, il ne s’était rien passé entre lui et Lydie.

Lire l’histoire complète dès maintenant ? Rien de plus simple. Donnez-moi votre prénom et votre eMail, et recevez « Sexe Boxing » dans un instant.