Quand la nature est sensuelle…

146-seductrice-juvenile

Des vacances d’été, une communauté hippie, une préadolescente s’éveille…

Au point culminant des Trois Chèvres, j’avais trouvé un coin rocheux entouré d’arbres d’où personne ne pouvait me voir. On ne l’atteignait qu’en s’aventurant à travers la nature sauvage, enjambant des ronces et des buissons épais… une véritable cachette secrète. Chaque jour j’y venais. Devant cette vue plongeante sur la montagne, je m’asseyais en tailleur et avais plus encore cette sensation de faire partie de l’univers à part entière, me demandant si cette apparence était bien la mienne, si j’étais réellement Chloé, et si je n’allais pas me détacher de mon corps. Montait alors en moi la même excitation que lors de notre nuit d’amour. Excitation sexuelle, oui, c’est bien le mot. C’était comme si je faisais l’amour avec la terre, le ciel, l’eau, les arbres et les étoiles. Je ressentais autant de sensations que si le plus beau garçon du monde était sur mon corps. Ma seule présence suffisait, associée à un paysage, pour retrouver cet état. Je pouvais alors me dévêtir et me caresser sous les rayons du soleil. Mon unique frustration était d’être aussi seule. Après quelques fois, ça ne me plaisait plus tellement. J’étais tant dans l’échange que même ce plaisir-là, je voulais le partager. Guidée par mon intuition, j’en parlai à deux amies.

Clarisse bien entendu, et Nathalie. Je leur décris mes ressentis, cet endroit magique, à quel point ce serait merveilleux de vivre cela ensemble, et de quelle façon amusante nous pourrions le faire, ce petit bonheur que chaque fille connaît mais qu’elle vit généralement en solitaire. Ni Clarisse ni Nathalie ne semblèrent particulièrement surprises de la proposition. Clarisse, d’accord… mais Nathalie ! Nathalie qui ne me connaissait que depuis quelques semaines. Pas de doute, malgré mes efforts pour être discrète je m’étais taillée une réputation. Une fois de plus mon intuition avait fait mouche : elles étaient d’accord, et semblaient même assez enthousiastes.

L’après-midi même, nous nous étions éclipsées au lieu secret. Trois était le chiffre parfait. Un sens divin, de nouveau, telle la Sainte-Trinité. On s’allongea, face à la vue plongeante sur les montagnes et vallées. Nous voyions tout, et personne ne pouvait nous voir. Clarisse et Nathalie, pas tout à fait à l’aise mais qui pour rien au monde ne seraient parties, attendaient un acte de ma part. J’ôtai ma belle robe blanche, la posai sur une pierre propre et m’installai à même la mousse. Nul besoin de salir mon vêtement en m’en servant comme drap lorsque la nature offre déjà tout sur un plateau. Cette mousse verte était douce, moelleuse, un peu chatouillante et tachait à peine. Fraîche et légèrement humide, elle conservait encore quelques gouttes de la rosée du matin. Les copines hésitaient encore, plantées debout devant moi. Ah non ! Désormais il leur fallait se décider.

 


Pour découvrir l’histoire complète de cet univers tabou…

En attendant d’être grande – Intégrale – sur Amazon / Google Play / Kobo Books


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire