L’âge où chaque instant est sensuel….

28-eveil-sexuel-jeune

Chloé se souvient de son enfance, et explique au lecteur à quel point les sens, à un certain âge, sont exacerbés du soir au matin.

Si tu ne t’en souviens plus, je viens te le rappeler. On est dans une telle découverte du corps que s’il y a limite aux actes, il n’y en a aucune aux sensations. Être au chaud devant la neige qui tombe. S’envelopper d’une serviette. Se vêtir de vêtements doux et confortables. Boire une boisson rafraîchissante. Toucher un tissu moelleux. Manger un gâteau au chocolat. Respirer l’odeur d’un arbre. Tout ça oui, ce sont des activités sensuelles, en tout cas pour moi. Et pouvant être aussi intenses que se caresser ou fantasmer. Il m’arrive d’avoir la sensation de n’être qu’une boule de sensualité, et mon corps n’a alors pas plus d’importance qu’un véhicule.

Il n’est que le moyen de parvenir à mes fins, de nourrir mon âme d’émotions toujours nouvelles. Il faut toujours en revenir à l’enfance. Ces souvenirs, ce sont eux qui me permettent aujourd’hui de conserver une part de pureté. De savoir encore m’émerveiller d’un rien, de frétiller juste en enfilant ma robe de chambre ou en buvant un thé. C’est d’ailleurs ce qui fait, entre autres, ma particularité. Celle qui fait l’adulte que je suis aujourd’hui. Avec moi, une salade niçoise peut tout aussi bien faire office de préliminaires qu’un massage californien. Une balade dans la forêt main dans la main peut m’exciter davantage qu’un strip-tease masculin.

Un coucher de soleil peut me donner bien plus envie que des mots cochons chuchotés à l’oreille. L’émerveillement au cœur même du sexe est également capital. Je plains celle qui n’est plus capable de s’attendrir devant une érection comme si c’était la première qu’elle voyait. Ou la toute dernière. De ce côté, je suis sexuellement parlant très bouddhiste. Toute expérience à deux ou plus, tout sexe que je suce, toute pénétration, je la vis comme s’il n’y en avait jamais eu auparavant et qu’il ne devait jamais plus y en avoir après.

C’est le secret pour que chaque jour, chaque nuit soit unique plutôt qu’inique. Avec les hommes « plan plan » par contre, la satisfaction reste invariablement à sens unique : eux sont accros, je suis à cran. Il faut dire que mon côté émerveillé crée des situations inoubliables. Pour un petit rien qui fait tout, je peux faire des folies de mon corps à peu près n’importe quand n’importe où, et presque n’importe qui tant que la magie le permet. Quitte à interpeller un couple qui passe à entrer dans la danse avec nous, ou risquer une arrestation pour dépravation en public. Je n’y peux rien, je suis ainsi. Je veux qu’à mes côtés on sente que tout est possible à tout moment. Il est vrai que je peux, à contrario, remplacer une soirée torride par une partie d’échecs.

C’est dire si une fille telle que moi a du mal à trouver chaussure à son pied. Je crois que j’épouserai celui qui m’offrira des surprises de cet acabit. Étrange. Serait-ce une façon de vouloir m’épouser moi-même ? Oui, je suis femme exigeante. Et certainement pas femme à se contenter longtemps d’un homme ayant une personnalité moins forte. Les hommes se résument trop souvent à des clichés, incapables d’ouvrir leurs horizons. Souvent, pas toujours… Certains se sont montrés encore bien plus étonnants que tous les délires dans lesquels je les ai lancés. Peut-être te conterai-je un jour les merveilles que j’ai pu rencontrer.


Pour en lire beaucoup, beaucoup plus, et frémir avec Chloé…

En attendant d’être grande – Partie 1 – Vêtue de regards sur Amazon / Google Play / Kobobooks

en attendant d'être grande


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire