De la difficulté de baiser sans que les parents ne l’apprennent…

100-magie-sexy-magicienne

Le rêve de Léa, petite jeune fille très libérée : concevoir un tour de magie qui pourrait l’aider à fréquenter ses petits copains sans risquer d’être surprise par les parents. Mais tout n’est pas simple dans l’existence d’une lycéenne…

Pour l’heure, Léa dut abandonner le projet… et se contenter de l’enseignement convenu de Félicien. On dit souvent que l’art de l’illusion est un bon moyen d’impressionner et de draguer. Léa s’en servit notamment pour cela. Depuis qu’elle était lycéenne, la concurrence devenait rude : bien d’autres jolies filles étaient dans son entourage, certaines mieux faites qu’elle.

Et Léa tenait à garder les plus beaux apollons pour elle. Aussi, outre les choix vestimentaires et l’attitude, elle travailla quelques numéros spécialement conçus pour pouvoir se faire n’importe où, n’importe quand. C’était bien commode pour faire de l’effet, et elle se déplaçait toujours avec un minimum de matériel dans son sac. Lors de certaines soirées, pour peu qu’elle se sente un peu anonyme parmi d’autres jolies plantes toutes plus sexy les unes que les autres, il lui suffisait de jouer des mains pour devenir la reine de la nuit.

Un tour de mentalisme, quelques cartes, une balle en mousse qui disparaissait pour réapparaître en double, et la voilà au sommet. Il n’y avait plus d’yeux que pour sa personne : regards admiratifs de garçons, regards plus froids de filles… Les jeunes ont ce point commun avec les enfants qu’ils sont facilement impressionnables. Il arrivait même qu’elle réalise des tours faciles et connus tout en récoltant autant de succès. Léa adorait cela, bien qu’elle le faisait souvent sans être nécessairement en recherche de rencontre.

C’était surtout poussé par un instinct sauvage qu’elle s’arrangeait pour se faire remarquer. Dans un espace aussi confiné qu’une maison ou un appartement, trop de jolies adolescentes réunies font monter la pression. En tous les sens du terme, et pas toujours pour le meilleur. Leurs hormones bataillent, une guerre froide se déclare d’emblée qu’elles le veuillent ou non, généralement de façon inconsciente. C’est à celle qui brillera le plus. Qui sera LA princesse dont on se souviendra, et ce indépendamment de la recherche ou non de rapports sexuels.

Il en est sans doute ainsi depuis la préhistoire. Léa disposait donc d’un va-tout, même lorsqu’elle n’était pas la mieux fringuée ou la plus belle. Elle avait tout préparé en fonction : pas de tour sexy ou glamour qui ferait trop m’as-tu-vu. Plutôt des effets visuels, spectaculaires et avec quelques pointes d’humour. Alors ça, c’était le carton assuré. Et se sentir scrutée par les mecs autant que par les filles lors d’une soirée, c’est un sentiment que peu de gens peuvent se vanter d’avoir connu. Outre cela, bien des inconnus étaient ainsi à ses pieds. Une fille qui sait faire de bons tours montre qu’elle sait merveilleusement bien se servir de ses mains… ce qui en fait une fille à séduire toute affaire cessante.


Pour tout savoir de cet univers drôle et surprenant…

Quick Change sur Amazon / Google Play / Kobobooks

quick-change-kosma


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Une réflexion sur “De la difficulté de baiser sans que les parents ne l’apprennent…

Laisser un commentaire