Sexe sur un arbre perché

35-baise-dans-nature

Mélanges entre souvenirs d’enfance et souvenirs d’adultes pour la jolie Chloé…

Courir, grimper, patauger… Cette faculté à la vadrouille, je l’utiliserai régulièrement dans ma vie d’adulte. Une fois jeune fille, je pourrai me lancer dans une course ou une escalade presque n’importe où. Chez moi, l’expression « grimper aux rideaux » peut se prendre au sens premier, car il m’est vraiment arrivé de faire de la grimpette en appartement. Je deviens alors une récompense, et donne à l’homme une épreuve à franchir. C’est encore plus amusant quand l’amant n’est pas un sportif, qu’il souffre et souffle pour exécuter ce que j’ai fait sans peine en quelques instants. J’en profite pour le narguer, le déconcentre en lui racontant tout ce qu’il va pouvoir me faire (et ce que je vais lui faire) dès qu’il sera à mes côtés, je savoure.

Ce qui est moins drôle, c’est quand il est exténué au point de ne plus pouvoir faire quoi que ce soit à son arrivée, et qu’il faut quand même le récompenser en avalant un membre tout transi de sueur. Cette erreur s’est moins produite par la suite, peu à peu j’apprendrai à estimer d’un coup d’œil les capacités du garçon et d’adapter l’épreuve en conséquence. Puis j’ai aussi appris à ne plus oublier mon kit de survie de poche, à savoir des lingettes nettoyantes parfumées. L’arme numéro Un de la libertine assumée, qui permet n’importe quel acte à n’importe quel moment en assurant une hygiène irréprochable. Les sportifs de ma connaissance adorent mes défis. « Avec toi le sport prend une toute autre dimension », m’a déjà dit l’un d’eux.

Faire l’amour en haut d’un arbre ? Si, c’est possible. En haut d’un rocher, dans une grotte, à trois mètres sous l’eau, au sommet d’un mât, c’est possible aussi. D’ailleurs, les couples dignes de ce nom adorent l’amour après l’effort, et on devrait créer un endroit « baise » en haut de chaque montagne et à l’arrivée de chaque randonnée. Il y a aussi l’épreuve citadine, comme celle de devoir me rejoindre sur le toit d’un immeuble en escaladant romantiquement la gouttière.

Et apothéose de l’apothéose, crois-le ou non : le fantasme de la belle princesse enfermée dans une chambre en haut d’une tour, oui, une vraie tour en pierre et attendant que son prince monte la délivrer en gravissant la vigne vierge… je l’ai vécu, dans un château abandonné repéré spécialement pour l’occasion. Pour un pareil exploit, je ne te dis pas la récompense que j’ai dû donner ce jour-là. Au final, si j’aime goûter à tout je garde une préférence pour les sportifs.

 


Pour découvrir l’histoire complète de cet univers tabou…

En attendant d’être grande – Intégrale – sur Amazon / Google Play / Kobo Books


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire