Rescapées des seventies

Deux générations parlent du sexe selon les époques…

Comme je te disais, avec la révolte hippies tout s’est un peu libéré. Oui, révolte… et pas révolution comme ils le prétendaient. Avec ma soeur on s’est mises à vivre de façon très naturelle, comme se mettre toutes nues un peu n’importe où. On cherchait jamais à provoquer, on se posait pas de questions c’est tout, vu que maman disait rien.

C’est souvent comme ça, enfants. On se permet tout jusqu’à l’engueulade : c’est le marqueur. Et les réactions autour de vous ?

Jusqu’à un certain âge, rien. Enfin pas que je sache. Difficile à dire… ma sœur et moi on vivait un peu dans une bulle, dans notre petit monde à nous. Vers nos treize ans, là tout a changé : on était formées, on en paraissait presque quinze… pas mal de garçons ont voulu coucher avec nous.

Ça vous a fait quel effet ?

Rien de spécial.

Peine perdue pour eux ?

Peine gagnée. On a dit oui comme on aurait dit oui pour jouer au ping-pong ou à chat perché, en toute innocence. C’était ni désagréable ni follement excitant. On s’y est pas du tout mis par goût de l’extrême ou de l’interdit. Notre virginité, on l’a presque perdue sans s’en rendre compte. Un moment d’inattention et elle était partie ! Du genre « tiens mais c’est vrai en fait, on couche depuis bientôt un mois, on est carrément plus vierges du tout ».

Vous êtes allées jusqu’où ?

Oh, baise classique, rien de plus. Enfin si, il est arrivé qu’on couche l’une à côté de l’autre, ou peut-être avec aussi un autre couple ou deux dans la même pièce.

Des orgies ? Des partouzes ?

Plutôt une promiscuité. Faute de place ! Je te jure, bien que les parents soient libérés ils nous permettaient pas tous des parties de cul. Les horaires pour le faire et les lieux étant ultra-limités, il est arrivé que… enfin, voilà quoi.

De notre côté sans partouze ni échangisme, ou mélangisme ou je ne sais trop quel terme.

Après avoir fait l’amour une fois on n’avait pas envie d’une deuxième, encore moins d’une troisième ou quatrième. Au grand malheur de certains partenaires ! Ils se seraient battus pour passer en premier, vu qu’il n’y avait pas de second.

Toujours la même histoire : plus les vieux cherchent à limiter leurs mômes, plus c’est le contraire qui arrive. Et par la force des choses, apparemment. Je suis sûre que certains de leurs enfants sont devenus partouzards alors qu’ils seraient restés sages avec un peu plus de liberté !

Possible. En même temps, cette même liberté leur a donné envie de nous sauter aussi jeunes. Trop de liberté ou pas assez, super dur de trouver le juste milieu…

Les garçons vous ont manipulées.

Je suis pas certaine.

Eux n’avaient sûrement pas la même innocence.

J’imagine ? Quoi que pour certains, va savoir. Le problème est qu’on n’a pas fait du sexe de la plus belle des manières. On l’a découvert d’une manière… comment je pourrais dire ? Surfaite.

Du cul très maladroit je suppose.

Oui, du banal, du plan-plan. D’ailleurs, entre le déshabillage et l’éjaculation il était rare qu’on dépasse les cinq minutes ! On a dû prendre les rênes.

——————————–

Pour lire la suite de cet épisode et en découvrir beaucoup d’autres, lisez dès à présent « Dialogues Interdits – Saison 2 » sur votre plateforme préférée : Amazon / Google Play / Kobobooks


Tous mes livres sur Amazon / Recevez une histoire érotique gratuite

Laisser un commentaire